Dans quel hôpital le patient peut-il être transporté par l’hélicoptère du CMH

Dès que l’hélico du CMH est réquisitionné par le 112 pour une mission d’aide médicale urgente, une chaine de secours bien huilée se met en place. La priorité pour l’équipe est d’arriver le plus rapidement possible auprès du patient. Si le patient doit bénéficier d’un transport médicalisé, seuls le médecin urgentiste et le 112 sont à la manoeuvre pour poser le choix de l’hôpital le plus adéquat.

Dans quel hôpital le patient peut-il être transporté par l’hélicoptère du CMH de Bra-sur-Lienne ?

La réponse est simple : le patient doit être transporté dans l’hôpital le plus proche de l’endroit où il se trouve, pour autant qu’il dispose d’un service de soins médicaux urgents spécialisés. Ce qu’il est courant de dénommer les « Urgences ». C’est la mise en application de la loi de l’aide médicale urgente en Belgique. C’est la pratique courante pour tous les SMUR lorsqu’ils doivent intervenir auprès d’un patient et décider d’un transport médicalisé. La décision est prise en accord avec le centre 112 qui a réquisitionné le moyen de secours.

L’équipe du CMH reste hyper attentive à l’intérêt médical du patient. Sur le terrain, elle peut proposer de transporter le patient dans un autre hôpital pour lui offrir des chances supplémentaires. La grande rapidité de déplacement de l’hélicoptère permet de diriger le patient vers l’hôpital qui est le plus spécialisé et le plus adapté pour sa prise en charge. Il y a 4 grands cas de figures possibles  dans le choix d’un autre hôpital :

1er cas de figure : l’équipe du CMH examine plusieurs patients fragilisés sur un même lieu d’intervention, comme par exemple une catastrophe. Le médecin urgentiste peut proposer de transporter des patients dans d’autres hôpitaux, pour éviter de surcharger les équipes soignantes d’un seul établissement. Bénéfice ultime pour les patients : disposer de la même qualité de prise en charge.

2ème cas de figure : le médecin urgentiste peut décider d’un autre hôpital de destination si celui qui est désigné comme le plus proche ne dispose pas d’un héliport agréé pour l’atterrissage de l’hélicoptère du CMH. La règlementation est très précise à ce sujet : pour secourir un patient, le pilote peut se poser au plus proche du lieu d’intervention en respectant des règles de sécurité. Par contre, pour déposer un patient dans un hôpital, ce dernier doit disposer d’un héliport qui respecte la règlementation. Et un bout de pelouse ne suffit pas…

3ème cas, le choix d’un autre hôpital que celui qui est le plus proche du lieu d’intervention peut se poser en fonction de certaines pathologies graves, lorsqu’elles nécessitent des compétences hospitalières spécifiques. Voici quelques exemples de situations pour lesquelles le médecin urgentiste dispose d’une palette de choix d’hôpitaux spécialisés.

  • Les patients qui nécessitent un suivi dans un centre de traitement des brûlés.
  • Les blessés souffrant d’un traumatisme crânien ou à la colonne vertébrale.
  • Les personnes gravement blessées au niveau du thorax.
  • Les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral (AVC).
  • Les personnes souffrant d’un infarctus aigu du myocarde, nécessitant des soins dans un service de cardiologie spécialisée.
  • Les victimes d’un accident de plongée, d’une noyade ou d’une intoxication grave au CO2. Ces patients peuvent être transportés dans un hôpital disposant d’un caisson hyperbare.
  • Les enfants nécessitant un traitement thérapeutique et une hospitalisation dans un centre compétent pour des urgences pédiatriques.

Précisons que cette liste doit évoluer à l’avenir pour tenir compte de l’organisation des moyens d’aide médicale urgente dans chaque province.

Enfin, dernière option : le choix d’un hôpital peut être guidé différemment du cadre légal lorsque la preuve d’un dossier médical existant dans une institution hospitalière est apportée au médecin lors de l’intervention. Attention : il est nécessaire que la pathologie diagnostiquée en urgence soit en rapport avec ce dossier médical. Le médecin urgentiste peut donc apprécier le gain de temps d’une prise en charge du patient dans un hôpital où il a déjà bénéficié d’un traitement pour cette pathologie.

Ce qu’il faut retenir ? En cas d’urgence, appelez le 112. Et si l’hélico vole à votre chevet, vous bénéficiez des qualités premières d’un service médical urgent : rapidité, efficacité et prise en charge humaine.