Une moyenne de 4 missions par jour

Les équipes du CMH sont passées d’une moyenne de 3 à 4 missions organisées chaque jour. Cette évolution est le reflet des chiffres de l’activité héliportée de l’année 2016, avec une nette augmentation des missions : 18% en plus par rapport à l’année précédente.

Une place confirmée dans l’aide médicale urgente

Ce ne sont que des chiffres. Cela dit, ces derniers démontrent la place confirmée que l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne occupe dans les moyens de secours disponibles de l’aide médicale urgente.  L’augmentation du nombre de missions organisées est significative de plusieurs facteurs de terrain :

  • Une disponibilité renforcée par la présence de deux pilotes pour assurer les périodes de garde 24h sur 24 : un pilote pour le jour et l’autre pour la nuit. Cette permanence permet d’assurer les périodes de repos obligatoire des pilotes, sans influencer l’organisation des missions de secours.
  • Autre facteur, des conditions météorologiques favorables pour l’utilisation du vecteur héliporté. Si la météo est très bonne, l’hélico a des périodes de vols beaucoup plus étendues.
  • La météo influence également le risque d’accidents de loisirs ou liés à des activités touristiques.

Plus de 1500 réquisitions par le 112

Le 112 est le seul organe compétent pour l’organisation de missions d’aide médicale urgente. Il a réquisitionné le CMH de Bra-sur-Lienne à plus de 1500 reprises au cours de 2016 :

  • 1244 interventions ont été effectuées en hélicoptère. 94 % des missions héliportées relèvent d’une activité de type primaire, soit des missions où l’hélicoptère est identifié par le 112 comme le moyen de secours le plus rapide et le plus adapté à la situation urgente rencontrée.
  • 165 interventions ont été réalisées via le SMUR routier mis à disposition par le CMH. Le recours au véhicule terrestre est essentiellement lié à des conditions météorologiques ne permettant pas l’utilisation de l’hélicoptère.
  • 110 missions de secours ont été réquisitionnées, avant d’être annulées ensuite en plein vol. Ces missions n’ont pas permis à l’équipe médicale d’établir un contact avec le patient.

Sur l’ensemble des missions où l’équipe médicale a eu un contact avec le patient, 456 interventions n’ont pas donné lieu à un transport médicalisé par hélicoptère. Dans ce cas, la plupart des patients sont transférés par une ambulance, en accord avec le 112.

En Belgique, et particulièrement dans les zones rurales mal desservies en moyens de secours médicalisé urgents, l’hélicoptère multiplie les chances d’intervention et de prise en charge rapides. Un gain de temps qui profite immédiatement au patient fragilisé. En effet, grâce au vecteur héliporté, le patient peut être transféré dans un hôpital spécialisé en moins d’une heure.