Médecin au CMH, un spécialiste de l’osmose

Quelle est la qualité la plus importante à attendre d’un médecin spécialiste travaillant à bord de l’hélico du Centre Médical Héliporté ? Être un bon médecin, pardi ! Celui qui réalise un examen complet du patient pour poser un diagnostic précis et pour décider de son transfert vers l’hôpital le plus adapté. Au CMH, il doit mixer 10 forces supplémentaires.

Pas de bon service héliporté sans équipe médicale de pointe

La médecine d’urgence sur le terrain d’une intervention en milieu extra-hospitalier exige des compétences et des qualités humaines indéniables. Au sein de l’équipe du CMH, vous entendrez souvent dire qu’il n’y a pas de raison d’investir dans un hélicoptère équipé d’un matériel de pointe si le médecin n’est pas un spécialiste reconnu de l’aide médicale urgente. Sur le papier, les titres doivent attester de son expertise médicale et de son professionnalisme. Sur le terrain, il est surtout question de travail en osmose. C’est-à-dire ?…

Le travail du spécialiste en médecine d’urgence n’est pas un jeu de hasard. C’est un mix permanent de qualités professionnelles. L’équipe du CMH parle plutôt de forces qui s’accumulent sur son CV, au fur et à mesure de l’exercice de son métier :

  1. Il doit avoir de la compassion et du respect humain pour le patient. Et pour cause, secourir le patient ne se limite pas à poser un diagnostic. C’est l’aider, l’accompagner, lui rendre la vie la plus agréable possible. C’est rassurer le patient et ses proches. Faire son métier avec passion.
  2. Le médecin au CMH est doué de leadership à l’égard de tous les intervenants d’une mission de secours. Aussi bien le pilote et l’infirmier qui l’accompagnent en intervention que tous les autres acteurs qui peuvent travailler dans la prise en charge : les pompiers, les ambulanciers. Tous sans exception.
  3. Savoir travailler en équipe est une force incontournable pour le médecin. Avec toute l’importance de communiquer de manière efficace et d’échanger avec son équipe sur les priorités de chaque mission.
  4. A tout moment, il doit être en mesure de se remettre en question. La qualité d’un examen, d’un diagnostic et de la prise en charge en dépend.
  5. Une de ses grandes forces est de pouvoir mesurer, avec précision, les priorités du terrain. Notamment lorsque plusieurs patients sont concernés par l’intervention de l’équipe médicale.
  6. En situation critique sur des lieux d’interventions difficiles, le médecin du CMH doit avoir une bonne capacité d’adaptation.
  7. Et dans le même temps, il doit pouvoir anticiper une complication éventuelle chez le patient. En plus des difficultés de terrain.
  8. L’écoute et l’humilité font partie de ses qualités personnelles. A l’égard du patient en détresse comme à l’égard de l’infirmier qui l’appuie dans son travail.
  9. Au retour d’une mission, particulièrement lorsque les circonstances ont été difficiles, le médecin est le responsable le plus attitré du débriefing.
  10. La dernière force du médecin au CMH, c’est son attitude. Elle doit être exemplaire.

L’inventaire des forces et qualités du médecin n’est pas complet sans reconnaitre qu’il a tout intérêt à tenir une très bonne condition physique. Tout comme le pilote et l’infirmier spécialisé en soins urgents. Dans les missions de secours en régions rurales, un trio médecin-infirmier-pilote bien entrainé et bien organisé est un facteur de chances pour tout patient transporté par hélicoptère.